Shank Prakshalana

Le grand nettoyage intestinal par la méthode douce du Yoga, la plus naturelle pour se nettoyer les intestins.

Pour connaître les prochaines dates des pratiques

Stages pratiques

Origine :

L’hygiène intestinale est recommandée et pratiquée depuis des millénaires.  Par les Egyptiens 3000 ans avant J.C ( papyrus d’Ebers), puis par les Esséniens, par Hippocrate et plus près de nous par Ambroise Paré, Paul Carton, Iroms, la Doctoresse Kousmine et bien d’autres.
Au Moyen-Age les lavements étaient une pratique importante de la médecine.

Le médecin suisse E. Bertholet au 20ème siècle démontre la relation de cause à effet entre l’état de bon fonctionnement du gros intestin et la clarté psychique.
La doctoresse C. Kousmine mit l’accent sur la toxicité alimentaire et l’importance de l’hygiène du côlon.
En même temps aux U.S.A, le docteur Kellog conseillait vivement les irrigations dans les problèmes hépato-biliaires et il affirmait que 90% des maladies de civilisation trouvent leur origine dans un côlon perturbé. Irons devenait le spécialiste des cures de régénération par des nettoyages internes.
Très récemment, 1998, les recherches du docteur Gershon démontrent la relation entre « le ventre » et « la tête » en qualifiant les intestins de second cerveau.

 

Le côlon, son rôle :

Il mesure environ  1 m 50  et a un diamètre de 3 à 8 cm. Sa muqueuse est fine et délicate, faite d'une seule couche de cellules, elle a une "épaisseur" de 25 à 30 millièmes d'un millimètre. Elle change de peau tous les deux jours.    

Le rôle principal du côlon est de résorber l’eau afin de concentrer les matières fécales et de les amener vers l’extérieur. Il réabsorbe 86% de l’eau contenue dans les matières et forme une qualité de selles agréables qui ne doivent pas salir ni incommoder, par leur consistance ou par leur odeur. Le côlon a aussi pour rôle de synthétiser certaines vitamines. 

 

Le côlon perturbé                                                                     

Quand il est perturbé et qu'il ne réabsorbe que 82%, nous avons la diarrhée et si il réabsorbe 88%, nous sommes constipés.

Si le côlon est encrassé, il ne peut plus absorber les déchets humoraux du sang et de la lymphe et les matières fécales collées sur la paroi intestinal depuis des années vont ralentir le transit digestif. La constipation s’installe et va favoriser le développement d’une flore intestinale pathogène.

La stase des matières fécales provoque le dessèchement de ces matières qui collent aux parois et les irritent. Les parois s’enflamment et deviennent perméables aux toxines qui traversent la paroi intestinale pour aller dans le sang et dans la lymphe. C’est une auto intoxication !

Les toxines entraînées dans tout le corps par voie sanguine se fixent de préférence dans les endroits moins résistants. L’encombrement de la lymphe par les toxines est susceptible  d’entraîner l’affaiblissement des défenses immunitaires et par répercussion des troubles des voies aériennes supérieures ( sinusite, otite…) ainsi que des problèmes de peau (acné, eczémas…)

Le foie (qui reçoit le sang) et les ganglions lymphatiques (dans lesquels se déverse la lymphe de provenance intestinale) fonctionnent à la façon de filtres. Si ils sont chroniquement débordés, les maladies graves apparaissent.

 La stase de matière fécale va empêcher à la longue l’absorption et la pénétration dans l’organisme des vitamines et des sels minéraux. Ce qui va entraîner une carence nutritionnelle indépendamment de la nourriture absorbée.

 

Les causes :

Une mauvaise alimentation, pauvre en fibre et raffinée.

Un excès de protéines animales, de laitages de gluten..

Des aliments insuffisament mastiqués.

Une mauvais hydratation.

La prise de médicaments (antibiotiques).

Le stress, les conflits, les émotions..

Le manque d'activité.

 

Impressionnant !

Le Dr Jensen qui s’est passionné pour l’hygiène intestinale a pratiqué plus de 300 autopsies pour vérifier l’état des colons. 15 personnes sur 300 présentaient un côlon normal. Chez tous les autres les côlons étaient encombrés à  des degrés divers.  Chez une personne il a noté la présence de 20 kilos de matières fécales desséchées et anciennes. Chez une autre le côlon était dilaté et encombré par une masse circulaire de 18 cm de matières fécales anciennes. Seul subsistait un orifice  central de la taille d’un stylo qui permettait le passage des matières récentes. Sans commentaires….  ( extrait du livre : « La santé par l’hygiène intestinal » ) 

 

Nos cellules doivent baigner dans un liquide sain  : Une expérience d'Alexis Carrel, réalisée il y a plus de 50 ans, éclairait la nécessité d'une élimination des toxines comme condition nécessaire à toute vie. Alexis Carrel mit en culture des cellules embryonnaires de cœur de poulet. Ces cellules étaient plongées dans une solution d'où elles tiraient les principes nutritifs nécessaires à leur vie et dans laquelle elles rejetaient leurs toxines. Cette solution était changée chaque jour afin de renouveler les apports nutritifs et d'éliminer les toxines. On nota que ces cellules de cœur de poulet vécurent ainsi 29 ans!
Elles périrent le jour où l'assistant, chargé de leur entretien, oublia de renouveler la solution. Les cellules furent donc tuées par leurs propres toxines, autrement dit, par auto-intoxication.

En conclusion, Alexis Carrel disait: "La cellule est immortelle. C'est tout simplement le liquide dans lequel elle baigne qui dégénère. Renouvelez ce liquide régulièrement, apportez-y de quoi se nourrir à la cellule, et – aussi loin qu'on le sait – la pulsation de la vie peut se prolonger indéfiniment."

 

Les autres méthodes

*Les lavements intestinaux classiques  sont limités car ils ne permettent de nettoyer que le côlon et non la totalité du système digestif. Néanmoins ils peuvent dépanner.

*L’hydrothérapie du côlon est très intéressante car elle va permettre un grand nettoyage du côlon. Cependant elle impose de trouver un pratiquant, elle a un certain coût, elle peut rebuter certaines personnes de par sa pratique. Et elle ne nettoie pas tout le système digestif.  

Shank Prakshalana : Les avantages

On passe par la voie naturelle, de la bouche à l’anus.

On nettoie tout le système digestif.

Après une séance d’apprentissage, on peut le pratiquer chez soi quand on en ressent le besoin, donc elle apporte une certaine autonomie.

Elle est peu coûteuse.

 

La Pratique  de Shank Prakshalana:

Nous préparons un bouillon légèrement salé à base de carottes. Il faut boire environ 3 litres minimum. Entre chaque verre, les postures de Yoga vont aider le liquide à descendre rapidement dans les intestins pour ensuite être évacué par les selles. A la fin de la pratique le liquide évacué  est presque aussi clair qu’à son absorption.

Le bouillon salé : les avantages :

Grâce au sel, il ne va pas être absorbé par la muqueuse, cela va éviter les ballonnements.

Pas de pertes potassiques.

Présence des oligo-éléments du sel.

La carotte, amie de l’intestin  améliore le goût du breuvage.

 

Contre- indications à la pratique de Shank Prakshalana :

Ulcère gastro-duodénal, insuffisance rénale, hypertension, terrain cardio-vasculaire. Consulter votre médecin.

 

 

Extrait du livre du  Dr Georges Monnier Shraer  

« La santé par l’hygiène intestinale »

Les principaux signes d’intoxication intestinale chronique

 

Signes neuropsychiques 

                                                                                                              

 Du fait de l'irrigation privilégiée du cerveau, ils seront les plus nombreux, les plus tenaces et déroutants, si on ne songe pas à les relier au gros intestin.

En 1933, le professeur Baruk décrit pour la première fois la psychose colibacillaire et reproduit expérimentalement la catatonie par injection de toxines colibacillaires extraites du gros intestin.
Poursuivant sa recherche, il met en évidence le rôle de l'intoxication toxinique colibacillaire du système nerveux dans la genèse de nombreuses affections psychiatriques, psychotiques, et notamment dans certains états dépressifs mélancoliques revêtant quelquefois la forme d'obsessions, et dans des cas de psychasthénie qui suivent des infections à colibacilles, ainsi que dans des formes délirantes oniriques ou confusionnelles, voire des délires imaginatifs lors de toxi-infections d 'origine colibacillaire.

Des guérisons importantes, quelquefois totales et définitives, d'affections psychiatriques sévères peuvent s'observer par le traitement de cette toxi-infection intestinale.

 

Selon le professeur Baruk, les toxines intestinales agissent de deux façons sur le cerveau:

  • soit elles provoquent des phénomènes inflammatoires lors d'intoxication longue et importante, qui peuvent déterminer des lésions cérébrales, gravissimes parfois, encéphalites, méningo-encéphalites, paralysies, contractures, etc.;
  • soit, à un moindre degré, il s'agit d'une imprégnation toxinique du système nerveux, qui détermine ces troubles purement fonctionnels des centres nerveux: dépressions mélancoliques, obsessions, délires, accès confusionnels, etc.

Ainsi, le professeur Baruk démontre le rôle fondamental des facteurs toxiques d'origine intestinale dans la genèse des psychoses, en particulier de la schizophrénie. Ses travaux ont été plus récemment confirmés par ceux du célèbre homéopathe suisse, le Docteur Dominique Senn. Dans "La balance tropique", il démontre la responsabilité des toxines intestinales dans
le développement de la schizophrénie (voir l'expérience avec l'araignée qui dévore un moustique à qui on aura fait ingérer une goutte de sang d'un patient schizophrène). La nouvelle toile tissée par l'araignée est alors totalement désorganisée et déstructurée.
Les autres signes neurologiques de l'intoxication d'origine intestinale sont nombreux:

  • la fatigue, physique et mentale, avec une sensation d'incapacité à démarrer la journée; cette fatigue, qui ne cède à aucun traitement "habituel", peut aboutir à un état dépressif chronique;
  • la plupart des troubles du sommeil (insomnies, cauchemars), les migraines, les troubles de l'humeur (irritabilité), doivent évoquer l'intoxication intestinale.


Signes hépatiques                                                                                        

Derrière la constipation, cherchez le foie; et derrière les troubles hépatiques, cherchez le côlon". Voilà une façon imagée de rendre compte des rapports étroits entre le côlon et le foie. Les toxines intestinales, empruntant la voie sanguine, atteindront le foie en premier; là, elles seront neutralisées, puis éliminées soit par la bile, soit par les urines. Mais face à un arrivage massif et répété, les fonctions éliminatrices du foie seront rapidement saturées, d'où un débordement et le passage des toxines dans le sang. C’est alors que s'installe un véritable cercle vicieux; le côlon déréglé et encrassé perturbe le foie qui, à son tour, ne pourra plus gérer efficacement la digestion d'où aggravation de la constipation.


Troubles vasculaires                                                                      

Du fait de la proximité anatomique du cœur et du côlon (le diaphragme les sépare), des perturbations coliques peuvent avoir des conséquences directes sur le cœur. Dans le cas de constipation ancienne, accompagnée de ballonnements importants et douloureux, le côlon dilaté comprimera le diaphragme sur lequel repose le cœur, provoquant des douleurs cardiaques, évoquant l'angine de poitrine, des troubles du rythme cardiaque, un essoufflement à l'effort, quelquefois des malaises lors de la digestion.                                   Mais les toxines intestinales véhiculées par le sang n'épargnent pas le système cardio-vasculaire, d'où une tendance à l'artériosclérose et le développement d'un terrain propice aux affections cardio-vasculaires graves: hypertension artérielle, angine de poitrine, infarctus du myocarde, artérite des membres inférieurs, etc.

 

Troubles sanguins                                                 

 

Une anémie peut s'observer chez les adolescents constipés, ce qui aggravera un tableau de fatigue générale.


Affections rhumatismales aiguës inflammmatoires 

                                                

Les douleurs violentes et invalidantes doivent attirer notre attention sur l'éventualité d'une intoxication intestinale. Et ce plus particulièrement lors de crises de gouttes, de tendinite, mais aussi lors de poussées inflammatoires dans les arthrites: périarthrite scapulo-humérale (épaule gelée), polyarthrite rhumatoïde…                                                       

 Ces affections suivent habituellement fidèlement l'état du côlon: aggravation en cas de poussée de constipation, amélioration si la constipation régresse.


Troubles   ORL                                                                                                           

Sinusites et rhinites chroniques, quand elles sont rebelles aux traitements classiques, trouvent souvent leur source dans un côlon encrassé.


Troubles musculaires                                                                                         

La stase intestinale provoque un affaiblissement global, notamment musculaire, d'où une tendance au relâchement des parois musculaires. Inversement, la sédentarité, qui provoque un relâchement musculaire, sera un facteur aggravant de la stase intestinale.
La conséquence en est un épuisement profond et un vieillissement prématuré.


Troubles de la peau                                                                                       

Les hygiénistes ont toujours été frappés du rapport étroit existant entre un bon fonctionnement intestinal et la fraîcheur de nos téguments. Les toxines intestinales se déposant notamment au niveau de la peau, son état sera un excellent témoin de l'intoxication intestinale: flétrissement, dessèchement, apparition de rides prématurées.

Par ailleurs, certaines dermatoses sont à relier directement avec cette intoxication, notamment l'acné, certains psoriasis et eczémas. Leur évolution suit fidèlement celle de notre côlon. Ces affections dermatologiques témoignent d'un double dysfonctionnement hépatique et colique.
Mais le cercle vicieux hépato-colique constitue à coup sûr la première cause des affections dermatologiques. Ce qui explique l'inefficacité des seuls traitements locaux.

 

Esthétique                                                                                                                                     

 

La beauté est et doit être le reflet de la santé, donc d'un organisme non intoxiqué. Les femmes constipées se plaignent de vieillissement prématuré de la peau, de rides, de varicosités, d'infiltrations cellulitiques, d'embonpoint et de baisse de vitalité. "Pas de beauté ni de fraîcheur du teint sans intestin normal." Cet axiome qui date de plus de 50 ans demeure toujours d'actualité.

 

 

Pour connaître les prochaines dates des pratiques

Stages pratiques